Christian Cabantous - la formation doit être continue - En Terre Martiale
documentaire hapkido sonmudo coree

masterclass

Christian Cabantous – la formation doit être continue

By  | 

Entretien avec un enseignant, un pratiquant passionné par le karaté et l’enseignement : Christian CabantousIl interviendra au Imagin’ Arts Masterclass « Spécial Pédagogie ».

Lionel Froidure : Christian, qui es-tu ?

Christian Cabantous : J’ai 52 ans, je suis 6e dan karaté Wado Ryu, professeur diplômé d’Etat DEJEPS, titulaire du Diplôme Universitaire sport & cancer, éducateur médico sportif à la CAMI Sport et Cancer depuis 2009, directeur CAMI AVEYRON depuis 2011, professeur de karaté au Sakura KC Rodez depuis 1984.

Un conseil à donner aux enseignants et futurs enseignants ?

Une forte envie de transmission et surtout de recevoir des autres. Pour donner il faut savoir recevoir.

Donc je vous donne rendez-vous le 4 juin à Blagnac pour échanger nos passions. Aujourd’hui trop de professeurs se contentent d’un diplôme pour pouvoir enseigner, malheureusement la formation doit être continue comme la pratique. Comme je dis à mes élèves lorsqu’ils obtiennent un grade « le plus dur c’est de le porter ».

Ton intervention au Masterclass Pédagogie ?

christian cabantous karate camiEnseigner est une grande responsabilité, on doit être vigilant auprès de nos élèves, on leur doit de les faire travailler en sécurité, les faire progresser, ne pas les amener sur des chemins complexes où ils se perdraient.

Ce masterclass que propose l’association En Terre Martiale à Toulouse Blagnac avec Lionel est une chance, une opportunité de pouvoir échanger, rencontrer des univers différents, donc une ouverture de l’esprit.

Qu’attends-tu de ce stage ?

Tout d’abord de pouvoir transmettre ma passion, mon expérience, d’échanger avec toutes les personnes présentes, d’écouter et apprendre des autres intervenants.

Comment as-tu commencé le karaté et pourquoi ?

Depuis toujours, je suis passionné par le sport, j’ai pratiqué plusieurs disciplines telles que le judo, l’athlétisme, le rugby, le basket, la natation, le handball. J’ai commencé le karaté en septembre 1980 après avoir pratiqué beaucoup de sport collectif. Ce qui m’a de tout de suite motivé dans cet art martial c’est la notion de respect, le travail individuel, la remise en question permanente du travail physique et psychique.

Dans les années 80, internet n’existait pas et les téléphones portables en étaient à leur premier balbutiement, il n’y avait pas toutes les facilités de communication pour avoir des informations sur les stages, les règlements, etc.

Habitant un lieu géographique éloigné de tout (Rodez Aveyron) il m’a fallu me former tout seul. Mon club étant Wado-Ryu, j’ai rencontré Patrice Belrhiti lors d’un stage en juillet 1984 à Aix-les-bains, mais ne voyant Patrice que très peu de fois dans l’année, ma recherche personnelle fut primordiale afin de pouvoir progresser. Au début l’évolution dans la pratique était très lente  avec des doutes mais au fil du temps je voyais mon évolution et je prenais de l’assurance lors des stages et les résultats en compétitions me prouvaient que j’étais sur la bonne voie.

Grâce à cet acharnement à vouloir évoluer, à vouloir toujours apprendre, je me suis construit un karaté qui m’appartient tout en respectant le style.

Le fait d’être éloigné de tout  « référent » pour me conseiller, pour me diriger, m’a permis de me construire et d’être plus fort dans la pratique mais surtout dans la vie de tous les jours.

Quel est ton job ?

J’ai plusieurs casquettes :

  • Je suis formateur secouriste du travail, formateur PRAP (prévention des risques liés à l’activité physique) chez Robert Bosch Rodez.
  • Je suis éducateur médico sportif en cancérologie à la CAMI Aveyron.
  • Je suis professeur de karaté (bénévole) au SAKURA Rodez.

Peux-tu me parler de la CAMI ?

La CAMI est une association reconnue d’intérêt général qui fait faire de l’activité physique (karaté) à des personnes atteinte de pathologie cancéreuse pendant les traitements.

Aujourd’hui les essais scientifiques prouvent que de faire de l’activité physique permet de mieux supporter les effets secondaires des traitements lourds comme les chimiothérapies, les radiothérapies etc. L’association a pour but d’aider ces personnes atteintes de pathologie cancéreuse au cours et décours de traitements afin de mieux gérer et supporter leurs effets secondaires par la pratique régulière d’ une activité physique

J’ai obtenu un diplôme universitaire sport & cancer qui m’a permis d’acquérir des compétences à la fois médicale, psychologique et pédagogique.

Par la pratique du karaté do l’élève de la CAMI va reprendre confiance, va se réapproprier son schéma corporel, et sera impliqué et acteur de sa guérison.

Le karaté est un outil qui va me permettre de travailler sur la recherche du geste juste, de la souplesse du mouvement, de la respiration et du travail intérieur (corps disponible).

Tout un programme que je vous présenterai lors du masterclass du 4 juin.

Ton mot de la fin

Merci à Lionel et En Terre Martiale de pouvoir permettre ces rencontres qui vont nous faire progresser dans notre pratique et nous permettre de nous enrichir de l’expérience des autres.

RETROUVEZ JEAN-MARIE COMITI AU IMAGIN’ ARTS MASTERCLASS « SPÉCIAL PÉDAGOGIE » LE 4 JUIN 2016.

ATTENTION, PLACES LIMITÉES. RÉSERVEZ MAINTENANT !

(Visited 719 times, 1 visits today)

Reçois un email à chaque fois qu'un nouveau article est publié sur En Terre Martiale. Sans spam car on en a aussi horreur.

Quel est ton email ?

stage arnis kali aux Philippines avec Lionel Froidure

Fondateur de Imagin' Arts - CN 5ème Dan Karaté Shotokan - CN 3ème degré Arnis Kali - Professeur diplômé d'état DEJEPS - Instructeur Arnis Kali 2ème niveau - Membre de la International Documentary Association - Créateur de la série En Terre Martiale - Ma citation : "Pour être un pratiquant il faut pratiquer. Alors pratiquons."

3 Comments

  1. Julien G Bailleux

    30 mars 2016 at 7 h 53 min

    Un homme au grand coeur !

  2. Stéphan Cardaire

    30 mars 2016 at 7 h 53 min

    J’ai hâte de vous rencontrer, tous les deux … Vivement ce stage !

  3. William Legrand

    30 mars 2016 at 18 h 55 min

    oui j i le cas en ce moment dommage il est bon en technique mais hyper dangereux

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *